• Le chant minime

    J'aime
    lorsque le jour
    se lève
    ce chant minime
    cette note unique
    autour de laquelle
    s'agrandit
    l'onde claire
    de la toute première
    voix

    Géraldine Andrée

  • Le bon oubli

     

    Numériser0001.jpg

    Me glisser
    dans le bleu lavande
    de la nuit

    avec un verre de vin roux
    dont le reflet tremble
    lorsque je l'approche de la lampe

    et un recueil de poèmes
    de Francis Jammes
    -c'est ce que je nomme

    le doux
    le bon
    oubli

    raldine
    Andrée

  • Le cahier d'automne

     

    nostalgie, espoir, universalite, foi

    J'ai quitté le cahier d'été; celui des longs éblouissements.

    Voici que commence le cahier d'automne, au format plus grand, et dont les pages sont blanches comme des draps neufs.

    Je ne suis pas triste d'ouvrir le cahier d'automne; j'y noterai des visions de lueurs douces et de feux follets.

    Les étoiles trouvées par nos yeux n'éclairent-elles pas en vérité leur propre disparition?
    L'invisible ne demeure-t-il pas présent?
    L'âme des fleurs lasses ne parfume-t-elle pas le vent avant de se dissiper selon les lois de l'espace et du temps?

    Il n'est pas de saison plus vivante qu'une saison qui meurt car le regard ne peut se détourner de cette ultime incandescence sans avoir le remords de trahir la lumière.
    Aussi, chaque éclat menacé à chaque instant de disparaître triomphe-t-il joyeusement de l'oubli.

    J'écrirai tard dans la nuit.

    Géraldine Andrée

  • L'artiste

    Les fils enchevêtrés de la toile de l'épeire
    Les couleurs des ailes du papillon moucheté
    Les ramifications des arbres comme autant de chemins de sève
    L'alphabet mouvant des nuages
    La danse inimitable de chaque brin d'herbe au passage du vent
    La rencontre mystérieuse des racines

    Les grains de sable qui se ressemblent et diffèrent
    Les mirabelles dans le panier -soeurs dont les taches de rousseur ne sont jamais les mêmes
    Le coeur d'une rose -invitation au vertige
    L'océan infini composé de vagues singulières
    Les lumières toujours changeantes du jour
    Les lignes de la main de l'ami dont la destinée est unique

    La vie est une artiste
    qui souhaite que nous prenions
    tout simplement
    en vivant
    le temps
    de la regarder

    Géraldine Andrée

  • Un seul souvenir

    Si je devais partir
    en n'emportant
    qu'un seul souvenir,
    qu'emporterais-je?

    Le frisson de ce flocon de neige que tu me glissas dans le cou?
    Le puzzle fait défait refait pendant les longs après-midis de pluie?
    Le foulard blanc de colin-maillard?
    Le goûter de noisettes juste avant l'heure des devoirs?
    Les embrassades après l'annonce du résultat?
    La ville qui tangue à l'arrivée du train?
    Les étoiles que ton index nommait les soirs d'août?
    Le vin frais aux reflets d'ambre -bu en douce?
    Les pêches épelées jambes au soleil?
    Le grain de la peau après le bain?
    Le souffle de l'amant jusqu'au bout de la nuit?
    Les haricots verts dont on ôtait les fils dans la bonne lumière du matin?
    Les rires au téléphone dans le silence de minuit?
    Les citronniers d'or de la terre de Palestine?
    Les olives qui constellent l'herbe; vite! Un panier pour les ramasser?
    Le dernier regard dans la foule du Terminal G?

    Si je devais n'emporter qu'un seul souvenir,
    je demanderais à partir à l'envers du Temps
    -qu'il me soit permis de Tout revivre
    afin de pouvoir choisir...

    Geraldine

  • Sans titre

    Il m'arrivait
    de perdre une bille -un bracelet.
    Tu me prenais alors par la main
    et tu me disais:
    "N'aie pas de chagrin!
    Nous allons chercher ensemble!"

    Et nous explorions les fourrés avec un bâton.
    Nous fouillions dans les buissons.
    Nous écartions les bosquets bourdonnants.
    Nous dérangions fleurs et papillons.
    Nous nous agitions tant et tant que les fourmis abandonnaient leurs brindilles.
    Le frelon roux partait butiner ailleurs.

    Hélas!
    Il fallait souvent nous résoudre
    à revenir bredouilles
    à la maison.
    Il me fallait oublier la bille
    ou le bracelet.

    Nous trouvions en revanche,
    alors que tout espoir nous quittait,
    de petits grillons stridents,
    des boutons d'or,
    des grappes de fruits roses,
    des feuilles de sarriette bien odorante,
    des plumes pour les heures d'écriture,
    des insectes
    qui sautaient confiants
    dans nos mains d'enfants...

    Et j'ouvrais
    les yeux si grand
    que tous mes regrets
    finalement s'effaçaient
    dans la beauté
    de ce que je regardais.

    Geraldine

  • La danseuse

    Numériser0003.jpg

    Dans cette rue baignée par la lumière d'août, une petite fille bat la mesure et danse selon sa musique intérieure.
    Ses pas claquent-bonheur; ses mains jouent-soleil; son rire orchestre tout un monde d'oiseaux invisibles, de sources cachées, de jardins réinventés.
    Puis la petite fille disparaît au bout de la rue -dans l'air ébloui de l'été.

    On devient adulte lorsque, pour une raison obscure,
    on ne danse plus selon sa musique intérieure.

    Geraldine

    Image: Nancy; Le Palais Ducal; Ville vieille

  • Sans titre

    Combien de circonvolutions de planètes
    de heurts de météorites
    d'étoiles qui s'allument
    d'étoiles qui s'éteignent?

    Combien de tours du monde
    sur lui-même
    avant que l'on se rencontre
    et que l'on s'aime?

    Geraldine

  • La langue natale

    regard, universalite, universel, humanite, humanismeJe sais dès le premier instant
    que je suis de retour
    non par les senteurs du jour
    les couleurs du temps
    la danse de la lumière
    le chant des feuilles
    le mouvement de l'air
    le pépiement des oiseaux
    la cambrure des collines,

    mais par le salut
    que j'échange
    avec mon prochain
    dans cette langue
    dont les mots
    s'élargissent
    en cercles
    dès le premier
    son.

    Geraldine

  • Sans titre

    J'ai débouché, ce matin,
    un nouveau flacon d'eau de rose.
    Et je suis heureuse
    car je sais
    qu'avant de l'avoir vidé
    je te reverrai.

    Geraldine