Toujours cet étonnement

Toujours cet étonnement
lors de l'arrivée du poème
en bas de la page
quand
je m'aperçois
que ma plume
est proche
d'à peine
quelques
centimètres
de mon coeur

 

Géraldine Andrée

Les commentaires sont fermés.